La subluxation et la Chiropratique

La subluxation©

La subluxation© est au patrimoine chiropratique ce que la carie est au patrimoine dentaire

Différentes définitions de la subluxation©

D'où viennent les subluxations©, causes des subluxations© ?

Introduction
Subluxation

La subluxation© peut être perçue, bien qu'étant la cause de nombreux troubles, de nombreux symptômes, comme l'effet, le signe ou le syndrome clinique d'une mauvaise adaptation aux stress ; comme le symptôme d'une fragmentation du système nerveux central (Docteur Hammer) et l'effet d'une tension adverse de la moelle épinière, terme utilisé par le neurochirurgien norvégien Half Breig.

Ainsi tout stress dont le système nerveux et notamment le cerveau, ne peuvent récupérer, vont, à leur tour créer une « tension adverse de la moelle épinière » (tension méningée), ce qui va entraîner une excitation du système nerveux orthosympathique, une phase sympathicotonique, suivie d'une phase vagotonique créant des subluxations© vertébrales, qui à leur tour, vont créer des dysfonctionnements neurologiques et vice versa, entretenant une physiologie de défense.

D'un point de vue énergétique, psychosomatique et métaphysique, la subluxation© est la cause d'un mal-être et peut être vue comme un symptôme de profonde déconnexion avec soi même, une déconnexion entre l'âme et le corps. Plus une personne est en désaccord avec elle-même plus nous trouverons la présence de subluxations© dans son corps.

Ainsi la subluxation© vertébrale, qu'elle soit dorsale, cervicale, pelvienne, crânienne ou énergétique, rassemble un ensemble de signes cliniques que l'on retrouve assez fréquemment : la présence d'une jambe courte dynamique, une tension du tendon d'Achille, une facilitation neuromusculaire, une facilitation para vertébrale, une hypertonicité musculaire, la présence de trigger-point, des muscles faibles lors de l'examen kinésiologique, des distorsions posturales, des différences de température au scanner thermique et une augmentation de l'activité à l'électromyogramme de surface dans le rouge, parfois une perte de courbe cervicale ou une perte d'alignement biomécanique que l'on peut mesurer sur une radiographie et une diminution de l'amplitude de mouvement.

Qu'est-ce qu'une subluxation© ?

Définitions

Plusieurs définitions ont été proposées pour décrire cette condition :

Une subluxation© vertébrale est une condition clinique affectant la relation et l'alignement des vertèbres et des structures neurologiques, ce qui va influencer le fonctionnement global des systèmes de coordination naturelle du corps... Ses atteintes peuvent être subtiles ou symptomatiques ou peuvent être dramatiques. Ces effets sont en tout cas cumulatifs et globaux.

Traditionnellement, selon BJ.Palmer, il faut que 5 composantes soient réunies pour qu'il y ait subluxation© vertébrale et une interférence dans le système nerveux : perte de juxtaposition d'une vertèbre avec celle du dessus ou celle du dessous, occlusion d'un foramen (obstruction du trou de conjugaison créant une irritation des nerfs) et une interférence dans la transmission des impulsions mentales (cord pressure circonferential meningeal torque).

Dans la plupart des concepts et des définitions, il y a toujours une forme de dysfonction kinésiologique affectant le mouvement et une forme d'implication neurologique. Très peu de définitions impliquent une affection psychique ou énergétique. La subluxation© est donc une altération de la dynamique de 2 segments de la colonne vertébrale. Lorsqu'un tel segment a perdu sa mobilité normale par rapport à la vertèbre supérieure ou inférieure ou est hyper mobile, il va provoquer une irritation des éléments neurologiques des nerfs rachidiens qui sortent entre deux vertèbres , cela coïncide donc avec une dysponésis de la colonne vertébrale. DD.Palmer considérait la subluxation© comme la cause primaire mais silencieuse de toutes les maladies.

Ainsi si on ne remédie pas à la situation provoquée par la subluxation© (la meurtrière silencieuse), l'influx nerveux à ce niveau ne passe pas à 100% et donc les structures innervées par ces nerfs (ou qu'il s'agisse de muscles) ne peuvent fonctionner au mieux et risquent de dégénérer avec le temps. Localement, des vertèbres impliquées dans un complexe de la subluxation© vertébrale n'ont pas de dynamiques normales et commencent à créer une pression entre elles, entraînant un processus dégénératif appelé arthrose mais aussi pouvant se déformer et créer le fameux effet piézo-électrique (Wolff'slaw)..

Exemple simple

Admettons que depuis longtemps, une personne ait une subluxation© au niveau de la 4 ème dorsale innervant à ce niveau la vésicule biliaire, l'influx nerveux n'atteignant pas à 100% la vésicule biliaire, l'organe ne fonctionne pas autant qu'il le devrait. L'organe s'affaiblit donc et le risque de formation de calculs augmente surtout si la personne concernée n'a pas une alimentation correcte. Par conséquent, les années passant un grand nombre de personnes devront subir une cholécystectomie. Combien de gens en France ont eu cette histoire, se font enlever la vésicule biliaire, alors qu'il y a d'autres moyens de se faire enlever ou de dissoudre les calculs ?

La colonne vertébrale est si merveilleusement dessinée que les orifices entre les vertèbres appelés « trous de conjugaison », sont exactement à la bonne dimension et ont une forme correcte pour permettre aux plexus et au tronc nerveux y compris les veines, les artères et les vaisseaux lymphatiques, de passer à travers ces orifices. Si le mouvement entre deux vertèbres est correctement maintenu et que les orifices ne sont pas gênés, l'énergie nerveuse générée par le cerveau circule à travers les nerfs librement pour atteindre chaque cellule du corps. Une accumulation de stress dont le corps ne peut récupérer va créer une physiologie de défense, une tension adverse de la moelle épinière. Plusieurs vertèbres peuvent alors perdre leur mouvement articulaire normal ainsi que leur alignement, créant une obstruction des orifices à travers lesquels les nerfs passent. L'odème créé par une dyskinésie articulaire, et donc une subluxation© entre deux vertèbres, va créer une excitation nerveuse et une facilitation neuromusculaire.

Ainsi la subluxation© revêt un caractère quantitatif par rapport à la quantité d'influx nerveux qui va être affecté si l'interférence se trouve au niveau bio mécanique, au niveau du trou de conjugaison. Mais elle revêt aussi un caractère qualitatif, lorsque l'interférence se situe plus haut au niveau atlanto occipital, au niveau du cerveau limbique, au niveau émotionnel (vue par la méthode Best). Ainsi plusieurs définitions ont été proposées :

L'International Chiropractic Association (L'Association International de Chiropratique), est concernée par l'interférence dans la transmission de l'influx nerveux, définit la subluxation© comme : toutes altérations des dynamiques biomécaniques et physiologiques des structures contiguës, pouvant causer une perturbation du système nerveux.

JP Warbas, neurochirurgien définit la subluxation© comme : « étant une condition qui s'installe dans toutes les parties de la colonne vertébrale à plusieurs degrés. Même une légère dislocation peut affecter la moelle épinière, provoquant une perturbation au niveau des nerfs rachidiens ».

Haut de page

Les différents modèles de la subluxation© vertébrale

Le complexe de subluxation© vertébrale

Aujourd'hui on parle plus scientifiquement de complexe de subluxation© vertébrale. Ce complexe de subluxation© vertébrale est une entité clinique recouvrant un grand nombre d'implications concernant la pathogenèse. Le modèle du complexe de subluxation© vertébrale avec ses composants a été d'abord décrit par Joe Flesia en 1982 (rapport stiga, renaissance) et a ensuite été décrit par Lantz et Dishman. Le modèle original du complexe de subluxation© vertébrale a 5 composants comme vous pouvez le voir sur l'illustration : une kinésio pathologie vertébrale, aberration dans les mouvements articulaires ; une neuropathologie, disfonctionnement du système nerveux ; une myopathologie, facilitation neuromusculaire, hyper hypotonicité musculaire ; une histopathologie, changement pathologique au niveau cellulaire et une pathophysiologie, changement biochimique notamment au niveau du métabolisme osseux.

Lantz a revu et agrandit la définition du complexe de subluxation© vertébrale et a inclut 9 composants : un composant neurologique, kinésiologique, biologique des tissus conjonctifs, angiologique affectant la circulation sanguine, physique, anatomique, physiologique et biochimique.

Le modèle de dégénération

Une fois qu'une subluxation© est installée, une dégénération progressive va s'installer au niveau articulaire, affectant la biomécanique vertébrale. Cette dégénérescence progressive va affecter la colonne cervicale affectant d'abord les disques intervertébraux et ensuite les facettes articulaires.

La dégénérescence impliquée par la subluxation© inclut en général 4 phases de dégénération impliquant une discopathie (DDD, Degenerative disc disease), une arthrose inter apophysaire postérieure ou DJD (Degenerative Joint Disease).

Les conséquences neurologiques d'une telle dégénérescence sont :

  • Compression de la moelle épinière à cause d'une protusion discale, d'une hypertrophie du ligamentum flavum ou du ligament jaune et une ostéophytose. Cela peut créer un fonctionnement anormal du système nerveux central.
  • Compression des nerfs rachidiens au niveau du trou de conjugaison, provoquant des symptômes comme des névralgies cervico-brachiale, paresthésies, irritation locale des fibres nociceptives et mécano-receptrices au niveau des facettes et de la capsule articulaire, altération de l'artère vertébrale qui peut créer des syndromes vertébraux basilaires, dysfonctionnement du système nerveux autonome ou neurovégétatif : vision trouble, vertiges, acouphène, surdité, douleur d'épaule.
  • Compression de la racine nerveuse. Hung ha Suh, chercheur, démontre qu'un pression de seulement 10 mm de mercure (poids d'une pièce de vingt centimes), produit un blocage et une compression au niveau des racines nerveuses, diminuant de 60 % l'influx nerveux en 15 mn et la moitié au bout de 3 mn. Après qu'une si petite compression soit ôtée, une récupération complète s'installe entre 15 et 30 mn. Avec un plus haut niveau de pression, nous avons observé une récupération incomplète des nerfs et de la conduction de l'influx nerveux, après plusieurs heures de mesures. Il est communément accepté qu'une subluxation© est bien plus qu'une compression de 10 mm de mercure.
Modèle neurodystrophique:

Irvin Koor,Leach, Homewood, Dejarnette et plus récemment Pert-Epstein, démontrent qu'un dysfonctionnement du système nerveux central va agir sur les réponses spécifiques du système immunitaire, ce qui va altérer la fonction trophique des nerfs. Ce modèle neurodystrophique explique qu'une excitation du système orthosympathique va altérer les réponses des tissus et des organes au niveau hormonal, au niveau des cellules immunitaires et au niveau de la biochimie sanguine.

C'est au niveau du modèle neurodystrophique que l'on parle de facilitation segmentale, ce modèle implique aussi une diminution de la circulation axoplasmique.

Le modèle de dysafferentation

e modèle de dysafferentation est une dysfonction neurologique associée à une subluxation© vertébrale, il peut prendre d'autres formes et notamment irriter les capsules intra articulaires. Un excès de stimulation des informations aberrantes vers le système nerveux, va créer une dysponésis (garbage in, garbage out) dysponésis ou dysponéièse terme déjà utilisé par DD.Palmer dans son premier livre. La dysponésis est définie par le dictionnaire médical dordland comme un état physiopathologique réversible qui consiste en des réactions neurophysiologiques des agents variés qui passent inaperçus, et la répercussion de ces réactions à travers l'organisme. Ces erreurs en dépense d'énergie vont provoquer des désordres fonctionnels consistants principalement par des erreurs de couverture des sorties des potentiels d'action des cortex moteurs et intra moteur.

La plupart des maladies consistent en des désordres physiologiques menant vers des dysfonctions organiques. Ces désordres physiologiques sont en fait une mal adaptation aux stress et une réponse de l'organisme à des agents négatifs microbiens, chimiques ou mécaniques.

Le terme dysponésis dérive du Grec dys qui signifie défaut et ponos qui signifie effort, travail et énergie. Il est bien évident que les modèles neurobiologiques présentés ci dessus peuvent se super imposer dans les cas d'un patient

Approches techniques

Afin de corriger ces différents modèles de subluxations© vertébrales, on peut distinguer 3 grandes approches techniques en chiropratique :

  • le modèle segmental et le modèle biomécanique où la subluxation© est une altération de l'unité vertébrale fonctionnelle, elle se remarque par des procédures radiographiques pour mesurer les mauvais alignements et dans la palpation.
  • Les approches posturales où la subluxation© est vue comme une distorsion posturale : les praticiens vont utiliser une analyse posturale et des techniques radiographiques pour évaluer les courbes de la colonne vertébrale et les corriger. Ces approches incluent les techniques des petits bonds biophysiques.
  • Les techniques tonales : DD.Palmer a écrit « la vie est l'expression du ton, le ton est le degré normal de tensiondans le système nerveux ». Nous pouvons inclure NSA, SOT, BEST, LOGAN, NOT, ces techniques sont souvent appelées « soft » techniques.
  • Les techniques énergétiques : Dans ces approches énergétiques, le champ électromagnétique ou énergétique, qui entoure le corps physique est primordial. Nous pouvons inclure Network Spinal Analysis™, best et tofness.
L'effet piézo électrique de la subluxation© vertébrale et la loi de Wolf

L'effet piézo-électrique de la subluxation© vertébrale est merveilleusement décrit dans le livre de Peter Criséra « cranio sacral énergétique » p 43, dont vous trouverez un exemple en cliquant sur le titre. La loi de Wolf et l'effet piézo électrique démontre que : quand une subluxation© s'installe, elle va déformer l'os petit à petit, ce qui va créer une accumulation de charges négatives sur le côté concave et des charges positives sur le côté convexe, créant un stress électrostatique qui va modifier la perception qu'aura l'individu de l'environnement car cet effet piézo électrique va affecter le champ électromagnétique d'une vertèbre, le champ holographique et créer ce que l'on appelle une inversion de polarité . Une vertèbre qui est maintenue subluxée et qui se déforme, les cellules vont migrer sur la partie contractée de l'os et vont commencer à sécréter de l'os et déposer de l'os (activité ostéoblastique) ; au contraire sur l'autre partie de l'os, la partie concave, il y aura une augmentation de l'activité ostéoclastique et une réabsorption de l'os (ca ++ ).

2ème considération dans cette loi de Wolf et l'effet piézo est la capacité de l'os de transformer une tension mécanique en énergie électrique d'où l'effet piézo électrique, ce qui pourra affecter le champ énergétique du corps comme le décrit Goodheart. Goodheart (DC), fondateur de la kinésiologie appliquée a bien décrit le champ énergétique d'une vertèbre et la subluxation© holographique.

Signification énergétique du complexe Atlas/Axis de BJ.Palmer

Il apparaît que l'unité motrice atlanto axiale semble alternativement attirée et relâchée, déchargée des ions négatifs et positifs du corps esprit qui sont générées par des mécanismes de gate, de cette manière le complexeatlas/axis peut être considéré comme analogue structurellement et essentiellement à une bougie électrique de voiture. L'axis comprend 5 centres de croissance primaire ce qui est un nombre plus important que les autres vertèbres qui possèdent seulement 3 centres de croissance. Ainsi l'axis crée un plus grand flux magnétique de part sa position anatomique, par rapport à la moelle épinière et au bulbe rachidien. C'est une zone extrèmenment énergétique par rapport au canal neural énergétique. Ce qui établit une plus grande différence de potentiel électrique. La dent de l'axis est une protubérance qui se projette à l'intérieur du canal et forme un important lien énergétique entre le crâne et la colonne vertébrale. BJ.Palmer déclare : « l'atlas ou l'axis, est un levier qui ouvre et qui ferme le passage, des informations le long du tube neural à travers lequel circule l'énergie vitale, ce qui contrôle la qualité des pensées dans le cerveau. C'est l'ouverture de l'atlas/axis qui agit comme un portail énergétique qui influe sur la qualité de la projection de l'esprit ».

P107/108/109

Haut de page

Causes des différentes subluxations© vertébrales

Différents types de subluxation©

A différentes causes de stress, différents types de subluxations© vertébrales et une classification ont été faites. Les causes sont nombreuses comme par exemple : une accumulation de stress physique, chimique émotionnel et électromagnétique, manque d'exercices, diverses chutes, des accidents, une mauvaise alimentation, la prise de médicaments, les vaccins, une péridurale, un accouchement traumatique, un divorce. Tous stress dont le corps ne peut récupérer va créer une subluxation© vertébrale. Le système nerveux peut gérer une grande capacité de stress mais à un certain moment quand la capacité d'adaptation aux stress est dépassée, un signal d'alarme est envoyé (symptôme). Ainsi on ressent plus souvent les symptômes que la cause du symptôme, la subluxation©. Une classification des subluxations© a été faite par Homewood :

  • subluxation© psychogénique, créée par des stress psychiques (dépression nerveuse).
  • subluxation© viscérosomatique, causée par un organe malade (intoxication alimentaire).
  • subluxation© somatoviscérale : une subluxation© dorsale va créer un dysfonctionnement organique.
  • subluxation© somato-psychique, quand il y a un effet piézo électrique, un bombardement afférant, est crée une dépression nerveuse.

Le premier a vraiment classifier la subluxation© vertébrale a été le major Bertrand Dejarnette avec la technique sacro occipital SOT. Il a été le premier a distinguer une subluxation© méningée d'une subluxation© structurale. Il établit 3 catégories :

  • Un dysfonctionnement de la partie synoviale de l'articulation socroiliaque et crée un dysfonctionnement du mécanisme respiratoire primaire ainsi la circulation du liquide rachidien va être affectée. Cette subluxation© à catégorie 1 est un syndrome global comprenant une application entre le sacrum et le crâne, incapacité à pomper normalement le liquide céphalo rachidien. Ceci implique une subluxation© sacroiliaque du sacrum par rapport à l'ilium et subluxation© de la jonction fenobasilère de l'occiput et une hyper mobilité des os crâniens. La catégorie 1 va créer des subluxations© vaso motrices.
  • A l'inverse, il distingue une catégorie 2 : subluxation© illiosacrée d'une lésion de la partie ligamentaire de l'articulation sacroiliaque, une hyper mobilité d'un côté et une fixation de l'autre. Ceci va attirer des problèmes musculo sqeletiques notamment des problèmes de genoux, de méralgie, de sciatalgie, névralgie cervico brachiale, tendinites et d'articulations temporaux mandibulaire. Dans ces cas, ce sont les sutures crâniennes qui vont se fermer. On va avoir une hypo mobilité du mouvement des os crâniens et la personne peut développer un bruxisme et des subluxations© de l'ATM (articulation temporaux mandibulaire).
  • C'est une adaptation des 2 premières catégories l'une sur l'autre. C'est un syndrome lambo sacrer, avec souvent une hernie discale avec une antalgie.

Les chiropraticiens, avec Dr Dejarnette et Cottan (1921) ont été les premiers à s'intéresser aux mouvements des os crâniens. C'est Dejarnette (DC), et non Sutherland qui a classifié la relation des os du crâne avec les subluxations© du bassin.

L'approche technique est différente pour ces trois types de catégories. Ces 3 types de subluxations© peuvent donner naissance à des compensations au niveau des dorsales des lombaires ou des cervicales des subluxations© vasomotrice ou viséro somatique qui peuvent être corrigé par la technique de Dejarnette par un travail pré-ganglionique et post-ganglionique.

D'où vient la première subluxation© ?

La 1ère subluxation© : Dr Abraham Tobin (pédiatre), a démontré que des accouchements traumatiques créent des subluxations© sévères qui sont associées à des blessures, des ischémies du bulbe rachidien, de la moelle épinière qui vont causer des hypoxies ou des anoxies, manque d'oxygène et la mort subite du nouveau-né. Les subluxations© sont causées par les forceps pour sortir la tête de l'enfant, par un accouchement sur le dos, le poids du placentas appuie sur l'artère nourricière. Il est donc plus difficile pour la mère d'expulser l'enfant. En obstétrique, parfois 40 Kg de traction pour sortir la tête de l'enfant du canal pelvien sont parfois considérés comme normal. Il faut savoir qu'à 40 Kg, il y a décapitation.

>> Les 3D de la subluxation©

Haut de page

La vérité

SUB - LUX - ATION

Signifie : moins de lumière divine à travers le corps

Les 4 vérités

Vérité n°1

Vous serez tout le temps soumis à des stress

Vérité n°2

Ces stress créent continuellement des tentions et des subluxations© vertébrales qui interfèrent avec le fonctionnement du système nerveux.

Vérité n°3

La méthode Network™ est la seule qui permet de relâcher ces stress. Elle permet à votre corps d'atteindre un plus haut niveau de flexibilité. Les subluxations© créent des symptômes et certaines personnes passent leur temps à se faire traiter les symptômes mais cela n'enlève pas la cause parce qu'elles n'enlèvent pas la tension dans leur système nerveux.

Vérité n°4

A méthode Network™ est une méthode dont l'unicité permet au cerveau de trouver des stratégies pour relâcher les tensions, pour utiliser la tension résiduelle comme carburent de guérison et elle vous amène dans un tel niveau de flexibilité que votre corps peut enfin s'adapter au stress et mieux le gérer

www.subluxation.com
www.jvsr.com

Haut de page

La différence entre la chiro et autres professions manuelles de santé ?